09 juin 2015

[Histoire] Un an plus tard ...... 1er Partie

Un an plus tard

 

  • Type d'histoire : Fiction
  • Environnement : Dying Light
  • Partie : 1/4

 

Cela fait un an, jour pour jour, que l’apocalypse zombie a eu lieu. Nous survivons très difficilement. Depuis le temps beaucoup de choses sont pourries, il n’y a plus d’eau ni même d’électricité.

Nous avons mis en place des installations de fortune pour transformer l’eau de pluie en eau potable et nous produisons un peu d’électricité grâce à des panneaux photovoltaïques.Nous avons perdu nombre de survivants.

Nous nous méfions des nouveaux, nous en laissons même mourir devant notre porte. Notre maison est bien protégée. Il n’y a plus aucun accès depuis le rez-de-chaussée. Nous devons franchir un mur, puis utiliser des palettes pour monter au premier étage.

Une fois arrivé dans la première pièce, il y a une énorme porte métallique… et une sentinelle qui veille de l’autre côté. C’est donc une maison la plus sécurisée du quartier, en tout cas je n’en n’ai jamais vu comme celle-là depuis que je sors ramasser des objets dans ce qui reste de la ville.

Aujourd’hui est un jour spécial et pour fêter notre première année de survie, je décide de faire une sortie au supermarché qui se trouve à un petit kilomètre d’ici. Je ne suis jamais parti dans ce coin, simplement parce que la quantité de morts y est impressionnante.

À croire que tout le monde s’est précipité là-bas lors de l’apocalypse.

[object Object]
 

Je prends mon plus grand sac, ma machette et ma lampe torche. Je prends soin de tester mes piles pour ne pas tomber en rade en pleine action. Nous avons besoin d’une multitude de choses.

J’ai passé un bon mois à m’entrainer pour soulever beaucoup de poids. Ce serait bête de ne pas pouvoir revenir à cause d’un sac trop lourd. Ce n’est pas le moment de me faire bouffer connement.

Je me suis levé de bonne heure pour avoir le temps de tout faire. Il est primordial de partir au lever du soleil et un kilomètre à pied c’est assez long compte tenu de la situation. Je pointe le bout de mon nez à la fenêtre pour vérifier la quantité de morts dans les rues.

Bon visiblement c’est la teuf aux zeds par ici. Une foule hallucinante se trouve en bas. On dirait qu’ils attendent l’ouverture du restaurant à viande.Il va falloir passer par les toits. Heureusement que j’ai fait pas mal de parkour pendant mon mois de préparation.

On dirait presque que c’était fait exprès. Je prends de l’élan et m’élance pour attraper la corniche de la maison d’en face. Je suis sacrement surpris d’arriver à l’autre bout sans problème. Je ne peux m’empêcher de sourire, je suis aux anges.

Une fois sur le toit de la maison, je regarde dans la direction du centre commercial. Je repère une maison en hauteur. C’est mon prochain objectif, je serai ainsi plus tranquille pour analyser la situation.

J’observe le parking du centre commercial. C’est l’horreur, il y a du monde partout, il va me falloir un moyen d’entrer en force. À pied c’est clairement corrompu. En voiture c’est pareil. Pendant que je réfléchis, mon regard se promène dans les rues adjacentes.

Et soudain je bloque sur mon moyen d’entrer : une caserne de pompier ! Un bon gros camion de pompier est garé devant le bâtiment. Je vérifie les alentours et je ravi de constater qu’il n’y a pas grand monde. Ce sera mon second objectif de la matinée.

[object Object]
 

Un zed se trouve sur le parking du centre de secours. Le souci c’est qu’il porte un casque de pompier et je ne vais pas pouvoir fondre sur lui pour lui enfoncer ma machette dans la tête. Il va falloir être plus radical.

Je m’élance dans sa direction, siffle pour qu’il se retourne vers moi. Il ouvre grand les bras et commence un râle moche et écœurant. Je glisse sur les jambes, une fois à bonne distance, j’élance ma jambe pour lui taper le tibia.

Emporté par mon élan je glisse sous lui. Il s’effondre face contre terre. Au moment de l’impact de sa tête contre le bitume, la visière de son casque se brise. Je repars sur lui, machette en avant.

Elle atterrie dans la nuque du pompier. Je fais tourner mon instrument de mort pour faire le plus de dégâts possible. J’achève ce combat par un coup de pied en pleine tête, tel un footballeur professionnel tirant un penalty.

J’y mets toute la force que je peux. La tête du pompier se décroche sans résistance et s’écrase lourdement contre le mur du centre de secours.Il ne reste plus qu’une tache de sang qui dégouline le long du crépi blanc.

Le corps sans tête finit tressaute et fini par s’immobiliser enfin. Soulagé de voir que j’en ai sous le pied, je décide de fouiller ma victime. Lorsque mes mains reconnaissent un objet froid familier, mon visage se détend : j’ai trouvé les clés d’un véhicule.

Je regarde autour de moi, il y a deux camions. Un gros avec de grosses roues et je pense que ce serait le mieux pour me frayer un chemin dans cette foule qui m’attend. L’autre un peu moins gros, mais il fera très bien l’affaire aussi.

Je teste les clés sur celui que j’appellerai Goliath, je trouve que ce nom lui va très bien. Et BINGO !! La porte se déverrouille. Je monte dedans, mets le contact et mon visage s’illumine en constatant que le réservoir d’essence est presque plein.

Mon troisième objectif sera d’arriver à bon port, à l’entrée du supermarché.

[object Object]
 

Seconde Partie

Partagez : Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://gameoverblog.fr/Sites/index.php?trackback/936

Fil des commentaires de ce billet