14 nov. 2014

[Histoire] Rage - Ligne Bleue Section 9A

Ligne Bleue Section 9A

 

  • Type d'histoire : Fiction
  • Environnement : Rage

 

Nouveau venu à Metrocity, Sony n’avait pas beaucoup de choix. c'est un brave garçon, poursuivi par les forces de l'ordre pour d'obscures raisons, il est soupçonné d’appartenir à la résistance.

Pour échapper à la mort, il se dit que débarquer ici est la meilleure chose qui lui reste à faire. Moyennant aide il sera accepté dans sa nouvelle famille. On lui propose un boulot simple à première vue, il sera de l’équipe des terraformeurs de la Ligne Bleue.

On le prévient comme quoi c’est une mission à hauts risques et que peu de monde sort vivant de cette ligne. « Et je peux faire quoi de moins dangereux ?», « Rien gamin , allez fout-moi le camp d’ici et prépare-toi à partir».  

Cet homme est le maire de la ville. Si la mission est un succès, il aura plus de place pour sa ville et a déjà en projet de mettre un casino et un bar, toujours une histoire de pognon.Sony fait partie d’une équipe de sept mecs, tous confirmés et citoyens.

Ils sont armés de fusils à pompe avec chargeur rapide 12 coups ainsi que de bandages. On dit que les mutants ont pris possession des lieux et qu’ils attaquent tout ce qui bouge. Une véritable boucherie d’après ce que les gens racontent.

Il connait déjà les mutants et cela ne lui fait pas peur. Dans le temps pour se faire des sous, il a participé à Bash TV. Donc les monstres ça le connait.La Ligne Bleue s’étend sur des kilomètres à la ronde.

Aujourd’hui c’est la section 9A qu’ils visitent. Mission simple : rentrer, repousser les mutants, dynamiter le tunnel pour faire obstacle. Ensuite une équipe d’aménagement prendra le relais pour l’agrandissement et la sécurisation des lieux.

En bonus à la clé, plus loin ils iront, plus de sous ils gagneront. Pendant le transport, Sony, les yeux dans le vague, regarde les mains de la personne en face de lui.

Un vieil homme surnommé Oldboy, des doigts manquants, des balafres sur les bras et le visage. Visiblement il n'en est  pas à sa première sortie.

Une voix grave le sort de ses pensées :

  • " tu regardes quoi gamin ?"
  • " Heu, rien du tout, c'est juste que ... il te manque des morceaux ?"
  • "Oui je joue avec les explosifs depuis tout petit et comme partout y a des ratés de temps en temps" un rire s’échappa de sa barbe grisonnante.
  • "Donc c'est toi l'artificier du groupe ?"

Un grand sourire fait son apparition

  • "c'est exact, me perd pas mec, sinon tu serviras de casse-croûte aux mutants ! "

Pendant leur insertion, un groupe de mutants débarque de nulle part et saute sur le véhicule. Après une embardée le camion se retourne, Sony est alors éjecté. S’en suivent des échanges de feu et de cris.

A demi conscient, il tente d’ouvrir les yeux et ne voit que des éclairs et n'entend que des hurlements. Dans un mouvement qui lui demande beaucoup d’effort, il se glisse sous une carcasse de train.

Ce réflexe lui sauve la vie car quelques secondes plus tard un mutant passe et ne le remarque pas. Trop occupé à hurler et courir dans tous les sens une clé à molette à la main, il se dirige vers la fête.

Lorsque qu'il reprend ses esprits, tout est calme, une odeur de soufre et de sang l'aide à se remettre sur pied rapidement. Il arme son fusil, s’applique un bandage et prend en main un Windstick.

Il sort de sa cachette sans un bruit, accroupi, il se dirige vers la carcasse fumante. À l’intérieur il repère le conducteur, le crane défoncé par une arme contondante, le feu a eu raison du passager, visiblement bloqué lors de l’impact, il n’est pas sorti à temps et a fini carbonisé.

[object Object]
 

Un hurlement l’interpelle, en se retournant il repère un gros tag où on peut lire 9A.

Normalement, d’après les plans qu'il a regardé plus tôt avant de partir, une grande pièce doit se trouver après le couloir en face de lui. Le couloir donne froid dans le dos, sombre, humide et maculé de sang.

Il pris le temps de la réflexion, il se demande encore si il doit aller plus loin ou rebrousser chemin. Des hurlements inhumains se font entendre, il se retourne, une horde de sauvages se dirige dans sa direction.

C'est plus le moment de réfléchir, il s'engouffre dans le couloir inhospitalier. Autour de lui ce sont des morceaux d'humains, des traces de sang au sol comme si on avait traîné un corps. Au bout, une porte à demi ouverte, laissant passer des rayons de lumière.

Discrètement, il s'approche et passe la tête. Il voit un mutant en train de manger un cadavre. Après une rapide observation il est seul. A l'aide de son windstick, il vise et le lance en direction du monstre.

Après quelques rotations, il rentre au niveau de la nuque et la tranche nette, dans un sursaut le monstre vacille et tombe au sol, la tête suit une seconde plus tard.En se dirigeant vers le cadavre, il découvre un corps mutilé, couvert de plaies.

Le mutant était en train de lui bouffer le ventre. En regardant autour de lui, derrière des wagons enchevêtrés les uns sur les autres, une grande salle s'offre à lui. Toujours avec la discrétion d'un chasseur, il monte dessus pour en observer le centre.

C’est une véritable armée de mutants qui se dresse devant lui. Tous rapportent leurs trophées de chasse, des corps sans vie, souvent en pièces. Ce sont les hommes de son équipe qui se retrouvent tous au milieu de ce hall.

Il regarde au centre dans l'espoir de trouver le porteur d'explosif, mais il ne le voit pas.Cette pièce est l'objectif principal de la mission, il repère les piliers qui soutiennent l’énorme armature métallique au plafond.

Au loin il voit une porte complètement défoncée, entrouverte. Un mutant se lève et attrape encore un vivant au milieu de ce charnier. Le traîne jusqu’à cette pièce, Sony plisse les yeux pour voir ce qui se trouve dedans.

Il entrevoit des formes pendues au plafond et entend des hurlements glaçants. Soudain dans un cri haineux il entend– « bande de merde, je vais vous faire bouffer du plomb »S’en suit une pluie de balles en direction du festin sanguinolent.

Il lève les yeux, c’est Oldboy qui est en train d'arroser les mutants. Le fusil crache le feu, pas le temps d'attendre l'impact que déjà une nouvelle cartouche est dans le canon.

La hauteur est un atout, les mutants tombent les uns après les autres. Le clic fatal eut raison de sa bonne humeur. À cours de munition, il sort un énorme pistolet bricolé qui lance tout ce qui passe par la main du tireur.

Il tente de faire autant de dégâts que possible. Mais c’est peine perdue, la vague est déjà sur lui. Dans un cri étouffé, il lâcha son arme.

Les mutants le jettent par-dessus la rambarde de sécurité. La dépouille du pauvre homme va rejoindre le charnier au centre de la pièce.

[object Object]
 
  • « C’est un putain de barbecue qu’ils organisent les salauds ».

Apres avoir repéré le sac d'explosifs, il regarde le chemin le plus sûr et silencieux pour rejoindre les hauteurs. Les bruits de râle, les hurlements et l'obscurité sont des alliés précieux, il se déplace aussi furtivement que possible.

Saute de cache en cache. Comme une anguille il se dirige en silence vers son point de rendez-vous. Une fois sur place, il est ravi de constater que le sac contient bien de quoi faire sauter la station.

Il en profite pour prendre le fusil bricolé par Oldboy. Il trouve des barres de fer, trop lourdes pour toutes les prendre, une seul est chargée, les autres resteront sur place.

Il redescend avec la même facilité qu’à l’aller, en profite sur son chemin pour placer les charges sur les piliers. Après les avoirs toutes mises, il se dirige vers un endroit au calme pour tout faire péter.

Il est maintenant à l'abri et lorsque la détonation aura lieu il sera déjà loin. Il arme le détonateur et compte jusqu'à trois. « Un, deux » le trois n’arrive pas, un violent coup sur la nuque le fait tomber dans les vapes.

Quelques minutes plus tard, il se retrouve pendu par les pieds, il est dans un garde-manger visiblement. Des morceaux sanglants partout, du sang en masse, des cadavres animaux et humains jonchent le sol.

Il relève la tête et aperçoit un mutant qui lui tourne le dos, qui est en train de dépecer un des gars qui l’accompagnaient.  Malgré le coup sur la tête il sait où il se trouve. Il regarde autour de lui et aperçoit un bout de métal tranchant.

C'est sa chance. Il commence à se balancer dans sa direction. Après quelques mouvements du bassin, il l’attrape, coupe les liens et se jette sur le mutant qui n’a même pas le temps de bouger.

La lame froide et rouillée entra par une tempe pour au passage crever un œil. Malgré la violence du geste, le mutant a le temps de hurler avant de rendre son dernier souffle.

Un hurlement retenti, puis deux, puis trois, en moins d’une minute c’est toute la station qui se met à hurler. Pas de temps à perdre, après un check rapide de la pièce, il rassemble les armes et les cartouches qu'il trouve.

[object Object]
 

La porte déjà bien abîmé ne tarde pas à voler en éclats, c’est une marre de mutants qui en jaillit. Un coup de feu retentit et le premier monstre qui a passé la porte perd la tête dans une gerbe de sang venant combler les rare taches de sale sur un mur maculé de sang.

Un second coup pour la seconde bestiole. Il dégoupille une grenade et la balance à l’entrée. Dans une énorme déflagration, des bouts incandescents de chaire éclairent les pièces.

  • "Pas le temps d’admirer les étoiles"

Il se dirige vers l'embrasure en flamme. Des bouts de mutants maculent le mur, du sang dégouline du plafond.- « Purée et c’est peu de le dire »De retour dans la pièces principale il se retrouve à l'opposé de la sortie.

Il regarde au loin et content de voir qu'il y a toujours l’équipement de destruction. Il change de couleur, lors que plusieurs dizaine de tête regardent dans sa direction. Des mutants sortent de partout, des fissures dans les murs, le sol et pendus au plafond.

  • « C’est un véritable nid à emmerdes ici !! »

Un tir à droite et une gerbe de sang, un tir à gauche et une tête explose. Il se dirige à toute vitesse vers une vague de mutant, pas de choix pour lui, c'est le seul chemin vers la sortie.

Une ribambelle d’attardés dans son dos qui n’ont qu’une envie, c’est de le manger. Il dégoupille sa dernière grenade pour anéantir la foule de groupies. Il passa l'ensemble des munitions pour le groupe devant lui.

Plus qu'un en face de lui, à cour de munition, il lui jette le fusil dessus dans un sursaut le monstre l’attrape. Il repere un passage avec une glissade passe entre les jambes de la bete, attrape le lance-barres, le lève et vise la tête.

Lorsqu’il presse la détente, la barre s’éjecte, embarque la tête du mutant pour la clouer au loin sur le plafond. Il attrape le détonateur et le réarme.

[object Object]
 

Un hurlement lui glaçe le sang, en ce retournant il voit un énorme mutant avec un bout de pneu dans le dos qui lui barre la seule porte de sortie.

  • « Merde, merde ET MERDE !!! Va falloir vous battre pour me bouffer bande de conards ! ».

Malgré sa haine, il comprit que de toutes façons il ne s’en sortira pas et se cale dans un coin

  • " Sur un mal entendu je serai peut être encore en vie après ça !"

Le premier mutant de la horde est à quelques mètres de lui. Un dernier bond et il sera en train de déguster sa victime.

Il touche enfin son dîner lorsque dans un dernier souffle

Sony lance

  • « CRÈVE POURRITURE !!!! ».

Dans une énorme explosion, les piliers de renforts cèdent sous le poids. Un amas de pierres, de métal et de poussière écrase tout ce qui se trouve en dessous.

Après que tout se soit calmé, l’équipe d’aménagement pris le relais, dans les décombres, ils ont trouvé du mutant, entier et en pièces, écrasé, brûlé. Mais aucune trace de survivant. Certaines nuits, des gens affirment entendre le fantôme de Sony hanter les lieux, il revit l’attaque des mutants en boucle.

Quelque part maintenant il fait désormais partie des murs de Metrocity il a réussi son integration ....

[object Object]
 

 

Partagez : Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://gameoverblog.fr/Sites/index.php?trackback/892

Fil des commentaires de ce billet