19 août 2017

Observer

Observer

  • Plateforme de test : Version Steam
  • Interêt : 
  • Site : Observer

Specs Minimum

  • Système d'exploitation : Windows 7
  • Processeur : Intel Core i3 (3.4 GHz) / AMD A8-6700 (3.1 GHz)
  • Mémoire vive : 8 GB de mémoire
  • Graphiques : NVIDIA GeForce 660 / AMD R9 270
  • DirectX : Version 11
  • Espace disque : 10 GB d'espace disque disponible

Créée en 2008 l'équipe Bloober Team signe ici son nouveau survival horror mais cette fois ambiance steam-punk. Comment ça "nouveau" ?? Eh bien oui, a priori inconnus au bataillon bien qu'étant ultra fan du genre, nos petits devs Polonais avaient déjà sortis un premier jeu du genre sous le nom de "Layers of Fear", qu'ils ont doté de 2 DLC "Inheritance" et "Solitude". Maintenant que les présentations sont faites nous pouvons rentrer dans le vif du sujet, et c'est peu de le dire ...

Vous vous réveillez dans la peau de Daniel Lazarski (Dan pour les intimes) , un enquêteur new generation, puisque nous sommes en 2084 et qui est appelé Observer. Votre rôle est d'infiltrer l'esprit des suspects lors d'enquêtes criminelles, en vous connectant à une puce implantée dans leur cerveau. A partir de là, il n'y a plus de limites à ce que vous pouvez découvrir. Les souvenirs, bons comme mauvais, vont vous être littéralement projetés en plein tête pour ne plus vous quitter. Malheureusement pour vous, la mission sur laquelle vous allez vous rendre se trouve dans un appartement situé dans le "Désert", la où habite votre fils. Vous y trouvez un corps sans tête... mais est ce bien lui ?

Fans de FPS passez votre chemin.

Si vous aimez tater du gros calibre et fragger tout ce qui bouge et même ce qui ne bouge pas, ne perdez pas plus de temps, ce jeu n'est pas fait pour vous. Ici on parle AMBIANCE, IMMERSION, DESIGN, DROOOOOOOOOOGGGGUUUUUUUE. Et de la drogue, les créateurs d'Observers on dû beaucoup en absorber, car entre les couleurs qui vous pètent à la tronche, puis les phases dans le noir quasicomplet, entrecoupées de game design complètement douteux (mais très réussi), on a un peu l'impression d'être passé dans une essoreuse à salade dans laquelle on aurait mis de gros cailloux.. Par contre pour ceux adeptent des ambiances complètement barges et d'enquêtes à n'en plus finir, bienvenue, vous êtes ici chez vous !

Graphismes / Game design

Le jeu est beau. Bizarre, mais beau. Certes on n'est pas au niveau d'un Hellblade mais quand même. Le game design est extrêment riche et varié, que ce soit dans l'immeuble du départ ou dans les moments les plus improbables du jeu, on peut remarquer qu'il y a eu beaucoup de travail réalisé et qu'ils ont pris plaisir à le faire. Chaque pièce à son identité, son histoire, son lot de recherches à effectuer. Vous aurez des objets à collecter tout au long du jeu, et lorsqu'on croit être passé partout, eh bien on se rend compte à la fin qu'on en à loupé les deux tiers...

Vous êtes également muni d'un pseudo "pip boy" qui vous indique votre synchronisation (votre santé mentale) et l'historique des indices trouvés lors de votre mission (qui sont en fait vos notes/pensées). A part ça ... c'est tout !! Vous pouvez repartir une main devant et une main derrière car il n'y a ni map, ni inventaire des objets trouvés, queudalle .... dommage.

A côté de ça il y a quelques petits défauts, forcément, mais qui sont surmontables. Si vous avez la choix entre jouer à la manette ou à la souris, prenez votre souris. Il n'est pas facile de positionner son curseur à la manette, pile poil sur le bouton d'un TV ou d'un poignée de tiroir pour effectuer l'action. Et pour ceux qui vont vouloir tester le jeu en VR .... mes amitiés les plus sincères, je peux vous conseiller un excellent Hôpital psychiatrique qui saura vous prendre en charge. Non plus sérieusement ... si vous arrivez à passer le premier tiers du jeu sans vous rouler en boule sur le sol, dégoulinant de bave et appelant votre maman, je veux bien vous payer un Mc Flurry ... (oui si j'étais riche, j'écrirai pas sur un blog en plein mois d'Août à 23h45 Kévin).

Bande son

OST magnifique ! Je n'ai pas réussie à trouver qui l'avait réalisée mais c'est une personne de talent, c'est sûr ! Chaque musique, ou son nous transporte dans une ambiance différente pour ne plonger un peu plus loin dans cette aventure bizarre et glauque. Il va sans dire qu'il pourra y avoir une musique ou deux qui ne sera pas du goût de tout le monde mais hey ! On est dans un univers cyberpunk donc faut faire avec.

Une super ambiance où qu'on soit, du début à la fin, ça fait plaisir car ce n'est pas si souvent, mais pour ce genre de jeu ça fait tout la différence sur le plaisir de jouer.

Conclusion

Bref je suis quand même fan de ce jeu qui rend barge mais qui vous captive de A à Z, car encore une fois l'immersion est totale, et quand bien même il n'y a pas de combat à proprement parler, vous aurez bien assez à faire avec votre santé mentale et votre adrénaline pendant ces environ 5 à 8h de jeu (si vous aimez regarder les détails sur le papier peint comme moi ou les trucs qui dégoulinent des murs).