[Histoire] DayZ – Des courses en ville

Des Courses En Ville

 

  • Type d’histoire : Fiction
  • Environnement : DayZ Mod

 

Histoire_Dayz_Des_courses_en_ville_01.jpg
 

 

A la recherche de soins. Cela fait maintenant 3 jours que nous échappons aux zombies, nous ne sortons que pour manger et boire.

L’armement dont nous disposons n’est pas très performant, j’ai la chance d’avoir une carabine, mon frère, lui, n’ayant plus de cartouche de fusil, se promène avec une hache.Mais voila que notre dernière promenade nous a causé des bleus et des blessures, nous avons tout les deux perdu pas mal de sang.

Je refuse de voir mon frère dans cet état. Hier soir nous nous sommes arrêtés prés d’une usine, dans laquelle j’ai trouvé des vivres et à boire. Maintenant il va falloir aller en ville pour prendre des médicaments. C’est une obligation, nous ne pouvons pas continuer comme ça.

—————-

La ville la plus proche est Berezino, elle est à une heure de marche. Le matin se lève, mon frère dort encore, je lui laisse un mot ‘’Ne bouge pas je reviendrai vers 13h si tout ce passe bien, si je ne suis pas là à 14h, c’est que j’aurai échoué’’.

J’ai repéré sur ma carte une petite ville, Nizhove, je vais tenter ma chance là-bas pour trouver des vivres pour la route et peut être des balles pour mon arme. Une fois sur place je me rends compte que les zombies sont attirés par moi.

Le soleil est mon pire ennemi du moment, je suis extrêmement visible. Je n’ai pas le temps de partir que me voila encerclé. J’arme mon fusil et je tire dans la tête du plus près de moi. Elle vole en éclats dans une gerbe de sang.

C’était très intelligent de ma part, maintenant j’ai toute la ville à mes trousses.Je zigzague dans la forêt mais je n’arrive pas à semer mes agresseurs, à croire que nos amis les zombies ont pris de l’Energy Drink.

Je suis essoufflé, je n’en peux plus. Pas le choix, je me retourne et j’engage le combat.#BANG# #BANG# #BANG#La première balle fût la balle de la chance, elle passa entre le crane du zombie et termina sa course dans la tête d’un second zombie.

La balle suivante toucha la jambe, et il s’écroula au sol. Son appétit n’en fût que plus intense, il continua à ramper malgré le trou béant dans sa jambe. Le troisième tir toucha je ne sais où mais en tout cas mon agresseur tomba au sol.

Il me reste encore 5 types à semer et je n’ai plus que 2 balles. Je vais devoir la jouer fine… J’aperçois une ferme au loin, et une cuve d’essence.

Ma chance serait qu’elle contienne un peut d’essence pour que je puisse tirer dedans et embraser tout ce beau monde. J’ouvre une boite de fayots, et la jette sur la cuve. Les 20 mètres d’avances que j’ai suffiront peut être.

BINGO ! Les zombies sont attirés par mes fayots. Je contourne le bâtiment, je suis maintenant loin de la cuve, ils ont fini par se taper dessus, ma balle passa a travers la tête de l’un d’entre eux avant d’atteindre la soupape de la cuve qui explose aussitôt.

C’est ma chance, je repars en direction de Berezino.

—————-

30 minutes plus tard j’étais non loin de la grande ville, j’ouvre ma carte pour préparer un plan d’attaque. L’objectif de la mission : rentrer dans la ville, un tour au supermarché pour le plein de vivres, un tour à la pharmacie.

Pour terminer, sortir de la ville aussi discrètement que pour l’entrée.Je suis en train de ramper dans le jardin d’une maison, d’innombrables zombies sont autour de moi. J’entends leurs râles, je peux sentir leur odeur de moisi.

En face de moi de l’autre coté de la rue, une arche, des objets sont parterre. Je ne vois pas bien ce que c’est, quand je pose mon regard sur un sac a dos plus grand que le miens ! « Parfait, je vais pouvoir rapporter encore plus de choses !»

Je regarde à droite et à gauche, pas pour voir si une voiture arrive, mais plus pour vérifier que la voie est libre. Rien, c’est bon, je rampe en tentant de faire le moins de bruit possible.

Enfin devant mon nouveau sac, je me dépêche de prendre tout ce que je peux et je continue mon chemin vers le supermarché.  C’est bien ma chance, il est rempli de zombies, mais certains sont tout frais, ce sont des survivants qui voulaient certainement faire le plein eux aussi.

Je n’ai pas beaucoup de choix, mon dernier repas a terminé contre une citerne d’essence. Toujours en mode « razmoquette », je me dirige vers la porte de derrière.

Je peux compter 5 zombies à l’intérieur, cette fois-ci ne faisons pas de bruit, ca m’éviterai pas mal d’ennuis. Bon alors de quoi ai-je besoin ?

Dans le rayon conserves, il reste des flageolets « à croire que personne n’aime ça », une boite de spaghetti « je ne savais même pas que ça existait, ça doit être dégueu, mais bon par les temps qui courent, ne faisons pas la fine bouche ».

Passons maintenant au rayon boissons, c’est vide ou cassé. Bon vite fait au rayon bricolage. Je récupère une boussole, une paire de jumelles, et une montre que je mets dans mon sac à dos.

C’est le moment de sortir, je me retourne et 3 zombies viennent d’arriver devant la porte de derrière. Je regarde la porte d’entrée, il y a une dizaine de zombies devant. Bon, ça va être tendu mais c’est encore jouable.

Je vois une bouteille de gaz à l’arrière du bâtiment, je vais faire un carnage ! Je prends les chargeurs que j’ai trouvés dans le sac, ils sont compatibles avec mon fusil, ça me fait une vingtaine de balles. 

J’engage le combat, je prends les 5 à l’arrière, je tire sur le premier : une balle en pleine tête. Je fais de même avec le second et le troisième. Dans l’arrière couloir du magasin il y a maintenant des bouts de viande pourrie pleins les murs.

Je me dirige en courant vers la sortie, je vise le quatrième zombie, la balle ricoche et lui explose la mâchoire. Au passage je lui mets un coup de crosse suffisamment fort pour lui éclater la tête.

Derrière moi ça se bouscule au portillon, la dizaine de zombies, plus quelques autres alertés par les bruits de tirs, se presse dans le couloir.

J’ai encore accès a ma bouteille de gaz, je craque une torche que je jette au milieu de la horde, j’arme mon fusil et tire sur la bouteille.#Bang#Raté, je retente ma chance…# BANG#

Raté je ne suis pas loin, je crois que le stress commence à monter, c’est ma dernière chance, le dernier zombie qui me bouche la sortie, est en train de me foncer dessus, et en face de moi la horde est toujours aussi grandissante.

« On se concentre un peu. » J’arme mon fusil, je retiens ma respiration pour faire le moins de mouvement possible, et je presse la détente.#BANG#La balle touche en plein centre la bouteille de gaz, elle explose et propulse la horde contre le mur opposé.

Je me retourne et esquive le dernier zombie. Il tombe à terre en essayant de m’accrocher. Je me jette sur lui les deux pieds en avant. Sa tête céde sous mon poids. Je sors en courant pour me cacher dans les jardins publiques.

—————-

 

[object Object]
 

 

Bon, première phase de ma mission réglée, passons à la seconde phase : trouver l’hôpital. Sur ma carte j’ai une croix rouge sur un bâtiment, mais je ne sais pas très bien où je suis dans la ville, ma course folle m’a fait un peu perdre mon orientation.

Je me dirige vers une fontaine, j’en profite pour boire un coup et remplir les gourdes. En levant les yeux j’aperçois sur un mur une inscription qui me fait chaud au cœur. #MEDICAL#

Parfait ! Je vais longer le bâtiment et chercher l’entrée. En face de moi des zombies, derrière moi des zombies, sur ma gauche un mur, sur ma droite le bâtiment médical avec un renfoncement.

Je me dirige discrètement vers le renfoncement, et miracle :  une échelle donne sur le toit. Je m’empresse de monter et ainsi être tranquille.Une fois en haut, je trouve un survivant, entrain de dépouiller un autre survivant visiblement mort, une hache dans la tête.

J’arme mon fusil et je lance « Qui es-tu ? » Il se retourne et sur sa veste je vois ce que je cherche : des poches de sang prêtes à être transfusées. Il me répond « mon frère, je ne suis pas méchant. »

Il se retourne vers le cadavre et repose les yeux sur moi. Je lui lance

  • Ce n’est pas la réponse que j’attendais mec !

Je surveille ses mains, rien, par contre, à sa ceinture je peux voir un flingue.

  • Lève les bras, et touche pas à ton flingue !

Il rétorque

  • mon flingue est vide et en plus si tu tires tu vas attirer tous les zombies de la ville.

Je lui dis

  • ils sont trop occupés à éteindre le feu au supermarché.

Il se dirige vers une échelle sur sa droite, il est à une quarantaine de mètres devant moi. Soudain, la porte du toit claque et des mains moisies en sortent, accompagnées des grognements. Je lui dis

  • J’AI BESOIN DE SANG POUR MON FRERE, DONNE MOI UNE POCHE S’IL TE PLAIT.

Il me regarde et me souri 

  • c’est la vie mec, pense qu’une fois mort il reviendra te bouffer 

et il se précipite vers l’échelle.

L’accès au toit céda sous le poids des zombies. J’engage le survivant, ma balle ricoche sur l’échelle, et termine sa course dans sa jambes. Je pars en courant à sa rencontre. Il dégaine son flingue et me tire dessus, il me touche au bras.

Je fais une roulade pour me mettre à l’abri. Il y a désormais une bonne dizaine de zombies sur le toit, lui au sol près de l’échelle, et moi derrière un radiateur de climatisation.

Une partie des monstres commence à déjeuner le premier cadavre, l’autre partie se dirige vers mon adversaire. Je vais attendre qu’ils fassent le nécessaire pour moi ca m’évitera de gaspiller des balles pour lui.

Je l’entends qui tire, une balle, puis une seconde, une troisième, puis un cri effroyable. Je jette un œil, je vois 3 zombies au sol, un sur lui, les autres toujours sur le premier cadavre. Je prends mon couteau de chasse, je m’approche discrètement et je le lance en direction du monstre solitaire.

Le couteau touche son but, comme quoi je me débrouille mieux au couteau qu’au fusil.

—————-

[object Object]
 

 

Je lance un regard sur le groupe de monstre toujours en plein repas. Je me rapproche donc du cadavre près de l’échelle. Je prends les deux perfusions que je mets dans mon sac. Je n’oublie pas non plus mon couteau de chasse dans la tête du zombie.

Encore un regard vers la horde, rien n’à signaler. Je me dirige vers mon échelle d’arrivée, je regarde en bas, il n’y a plus de zombies dans les parages.Je descends les marches et me dirige vers la sortie de la ville.

Je découvre dans un fossé, une moto. Je vais voir si elle roule… Je la lève, monte dessus, et la démarre : c’est mon ticket de sortie, le réservoir est presque plein ! Je sors de la ville à toute vitesse, les zombies qui me poursuivent ne le font pas longtemps.

Je vais mettre moins de temps que prévu pour rejoindre mon frère. 

A suivre …

 

Laisser un commentaire