Daylight

Daylight

  • Plateforme de test : Version Steam
  • Jeu dispo : PC, Xbox et Playstation
  • Type de jeu : Aventure, Horror
  • Interêt : Frag, frag, frag ….
  • Scenario : Tres bon
  • Liens : Daylight

 

daylight_05.jpg

 

 

 

Specs Minimum

    • Système d’exploitation : Windows 7 SP1 (must have KB 2670838 installed) / Windows 8 / Windows 8.1 
    • Processeur : 2.3+ GHz 
    • Mémoire vive : 4 GB de mémoire 
    • Graphiques : DX11 with Feature Level 11 
    • DirectX : Version 11 
    • Espace disque : 5 GB d’espace disque disponible 
    • Notes supplémentaires : Supported chipsets: NVIDIA 470 GTX or greater; Intel 4000 or greater. Laptop versions of these chipsets may not be supported. Updates to your video and sound card drivers may be required.

    Specs Recommandées

      • Système d’exploitation : Windows 7 SP1 
      • Processeur : 3.40 GHz 
      • Mémoire vive : 8 GB de mémoire 
      • Graphiques : DX11 with Feature Level 11 
      • DirectX : Version 11 
      • Espace disque : 5 GB d’espace disque disponible 
      • Notes supplémentaires : Supported chipsets: NVIDIA 470 GTX or greater; Intel 4000 or greater. Laptop versions of these chipsets may not be supported. Updates to your video and sound card drivers may be required.

       

      Daylight est un jeu développé par Zombie Studio, nous le retrouvons dans la classe Aventure psychologique. 

      J’ai eu la chance de pouvoir y jouer, après c’est pas forcement une chance, c’est simplement un jeu terrible, aussi bien pour le fond que pour l’ambiance.Je n’ai clairement JAMAIS eu ce type de sensations lorsque j’ai fait un jeu.

      Outlast à coté est un jeu qui fait rire c’est pour dire. Je vous embarque avec moi dans l’horreur…..

      J’ai entrepris un let’s Play de Daylight et autant le dire tout de suite je ne suis même pas certain de pouvoir le terminer, tout simplement parce que je suis mort de peur derrière mon écran.

      Je joue dans le noir avec un casque 7.1 donc autant vous dire que c’est immersif au possible. Les décors sont oppressants tout comme les bruits et la musique, j’en ai la chaire de poularde le simple fait d’en parler.

      Je suis traumatisé par ce jeu… bon je rassemble mes idées et je vous livre quelque chose de plus clair. 

      [object Object]
       

       

      La découverte

      Je n’étais même pas au courant que ce jeu était un bon jeu ou du moins que ce serait suivi par Nvidia. Une pub m’a fait tilt lorsque j’ai vu qu’au téléchargement de driver il y avait Daylight à toutes les sauces.

      J’ai pris des renseignements et j’ai également pris le jeu. On me vend un jeu dans le même délire qu’Outlast. Vous savez le jeu ou le simple fait de voir mes mains me fait sauter au plafond …. (Let’s Play Outlast).

      Je télécharge le jeu (STEAM) et je me prépare une tasse de café. J’arme mon FRAPS et c’est parti pour une soirée de réflexion et de bizarreries en tout genre.

      Je suis sacrement surpris de voir qu’on nous jette dans le bain bouillant d’entrée sans même nous raconter une histoire ou surtout le plus important « qu’est ce que je fous ici ? ».

      Je m’appelle Sarah visiblement je suis pas mal tracassée ou j’arrive à voir des choses, armée d’une tablette qui montre la carte, je commence à arpenter l’asile sombre et abandonné.

      Déjà ici j’avais qu’une envie c’est partir me cacher sous mon lit, la musique fait flipper et les bruits aux alentours m’ont fait retirer mon casque plus d’une fois tellement c’était bien fait et j’avais l’impression que c’était chez moi.

      Mais bon allez… nous sommes partis pour visiter la première aile de l’asile ….. (c’est maintenant que j’aurai du partir sous mon lit). 

      [object Object]
       

       

      La rencontre

      Je découvre les pièces d’un puzzle macabre qui donnent pleins d’infos sur les « habitants de l’asile ».

      Très plaisant à lire, dérangeant à souhait, je continue mes fouilles, je me ballade de bureaux en bureaux, j’ouvre les casiers, découvre d’autres pièces.

      Soudain c’est le drame …. j’entends un bruit glauque, un bruit suspect qui se rapproche de moi, à la simple lueur de mon smartphone (oui, il fait tout noir la bas, EDF a coupé le jus forcement sinon c’est pas DRÔLE !!!) je commence à scanner autour de moi.

      Le bruit qui n’est à ce jour pas identifiable se fait de plus en plus présent.

      La pression et la peur montent d’un cran, je commence à avoir le cœur qui bat de plus en plus fort. j’ai du mal à garder mon calme.

      J’ai tourné à 90° sur la droite, pour y voir plus clair, je claque un cyalum vert qui à pour but de révéler ce qui n’est pas visible à la torche de mon téléphone.

      Toujours rien, le bruit est insoutenable c’est un mélange de bruit de bestioles, de limaces, d’horreur et en plus je suis tout seul dans l’asile.

      La panique est maintenant à son paroxysme. Je me mets à courir tout droit sans m’arrêter, après avoir fait une cinquantaine de mètres je m’arrête à un croisement, je me cache derrière un banc et regarde derrière moi.

      RIEN ! Trop paniqué pour repartir je fais une halte derrière mon banc une vingtaine de secondes.

      Je repars vers l’endroit du bruit bizarre, après avoir pris des forces mentales je me dirige en courant vers le lieu de ma rencontre.

      Me voila sur place, rien de présent et plus de bruit. Je n’ai toujours rien compris de ce qui s’est passé mais je dois continuer mes recherches dans cette asile. Je me retourne pour reprendre mon chemin et je tombe nez à nez avec une personne qui me regarde et pousse un hurlement strident.

      Je crois qu’à ce moment là j’ai gagné un bon paquet de cheveux blanc.Cette chose est à une dizaine de mètres de moi, me regarde des sortes de flammes remplacent les yeux et la bouche. Elle tend les bras vers moi et pour faire bien mon cyalum vient de rendre l’âme.

      Je me suis littéralement fait dessus, j’avais trois solutions. Je lui fonce dessus en hurlant plus fort qu’elle, au risque de réveiller mes gamins dans la pièce à coté, la seconde est de partir dans le sens opposé à cette chose ou alors rester planté là devant elle et je sais pas quoi …..

      Je ne sentais plus mon cœur battre, je le soupçonne de taper trop vite et trop fort pour que je me rende compte qu’il était toujours présent.

      J’ai pris la solution numéro deux. En véritable héro du moment, j’ai tourné les talons et je suis parti dans le sens opposé. Me retourner pour voir si elle me suit ? Non j’ai pas le temps et surtout je n’en ai pas envie.

      Ma seule idée c’était de trouver une pièce assez grande pour pouvoir faire des ronds et la contourner si elle était toujours à mes trousses ….. 

      [object Object]
       

       

      L’histoire

      Pendant ma course je suis tombé sur une pièce bleuté, avec pleins d’objets volants, l’un d’eux était bizarre et mignon à la fois, un ourson en peluche ….. je me rappelle avoir lu des histoires sur un patient et un ourson en peluche.

      J’attrape l’ourson et oui je me suis dit que ce serait une bonne chose de l’avoir dans les mains … peut être que la chose me laissera tranquille. Au moment du contact de mes mains avec le tissu de l’ourson j’ai eu une révélation, un flashback sur quelque chose qui s’est passé ici ou là-bas je ne sais pas encore ….

      Je me promène avec l’ours dans les mains, je fini par me rapprocher d’une porte qui avait le même dessin bleuté que là ou j’ai trouvé kiki (l’ourson) et soudain mon ourson disparaît de mes mains et la porte s’ouvre vers une nouvelle aile de l’asile …. je rentre et c’est reparti pour une séance de fouille intensive. 

      [object Object]
       

       

      Retour à la réalité pour de vrai !

      Bon une fois ma partie terminée qui n’aura durée que vingt minutes faut que je le souligne (mon café est maintenant tout froid), j’ai du perdre deux litres de sueur froide, deux ou trois arrêts cardiaques et une bonne touffe de cheveux blanc ….

      Bon que devons nous faire dans ce jeu, je dirai que nous sommes à la recherche de la vérité et que je dois faire mon possible pour rassembler les pièces du puzzle. Nous faisons une sorte de niveau qui est fermé par une porte ornée d’un sceau bizarre.

      Nous devons trouver l’objet qui permettra d’ouvrir la porte. et pour ce faire nous devons lire les notes dans le niveau. le problème c’est que nous ne sommes pas seul sur place la chose est dans le coin, rôde et visiblement nous la dérangeons.

      Lorsque nous avons nos informations elle devient plus agressive et nous poursuit, elle fera des apparitions spontanées toujours derrière vous et vous sauterez au plafond (si ce n’est pas le cas vous pouvez passez votre chemin et jouer aux Pokemons).

      Une fois la porte passée on recommence le tout en découvrant toujours un peu plus l’univers glauque ce l’asile. 

      [object Object]
       

       

      Mes conseils

      Vous avez aimé Outlast et vous voulez du challenge pour votre cœur ?

      Vous êtes prêt à faire des efforts sur l’immersion de vos parties (dans le noir et un casque à fond ) ?

      C’est donc un jeu qu’il vous faut ABSOLUMENT.

      Bon je retourne sous le lit. FUYEZ ……… ELLE VOUS TRAQUERA !!!!!

      Laisser un commentaire